La place de l’art dans l’éducation: un élément indispensable ?

La place de l’art dans l’éducation: un élément indispensable ?

À l’École du Bayon, nous sommes convaincus que l’accès à une éducation de qualité passe également par la pratique d’activités extra-scolaires, faisant partie intégrante de l’éveil et du développement de l’enfant.

C’est pourquoi, nous offrons aux élèves de l’école primaire une ouverture sur les arts et la culture dès le grade 1, auxquels ils n’ont pas accès via leurs familles : cours d’arts plastiques, cours de danse et de marionnettes traditionnelles, sorties culturelles. 3 heures par semaine sont dédiées à la pratique d’une activité physique ainsi qu’à l’éveil culturel et artistique.

Des jeux éducatifs et des livres sont également mis à leur disposition à la bibliothèque pour leur donner le goût de la lecture.

Pourquoi est-il important d’encourager l’enseignement de l’art à l’école ?

Théâtre d'ombres à l'école primaire

La présence d’activités artistiques à l’école stimule l’engagement de l’élève dans sa réussite scolaire, accroît son implication et sa motivation en classe et c’est également un élément important de développement du sentiment d’appartenance à son milieu. De plus, l’art permet aux élèves les plus en difficultés, d’obtenir davantage d’autonomie, de pouvoir s’exprimer librement et de découvrir de nouvelles compétences.

L’art sous toutes ses formes, offre ainsi la possibilité aux élèves d’exprimer leur créativité et d’apprendre à travailler en équipe tout en s’amusant.

L’arrivée du programme Art Culture et Sport à l’ École du Bayon

Débuté en 2018, le programme Art, Culture & Sport vise à renforcer la créativité, la confiance en soi et la capacité de réflexion personnelle des élèves de l’école du Bayon.

Des sorties scolaires sont également organisées pour permettre aux élèves de visiter des lieux qu’ils n’auraient jamais eu l’occasion de découvrir dans un cadre familial. C’est une opportunité pour eux d’enrichir leur connaissance et d’apprendre différemment.

Enfin, des cours de sport sont dispensés chaque semaine pour développer des aptitudes qui ne sont pas enseignées dans les autres cours.

À travers ce programme, l’école souhaite éveiller la curiosité des élèves et enrichir leur culture personnelle, valoriser et reconnaître la culture khmère et encourager les valeurs de respect de soi-même et des autres.

Enfants de l'école primaire qui jouent au foot
Danse APSARA à l'école primaire
Enfants de l'école primaire à la ferme aux papillons

Afin de valoriser les symboles de la culture khmère, l’école du Bayon a mis en place des cours de musique, danse et marionnettes traditionnelles khmères.

Le Cambodge est le berceau d’une des cultures les plus riches du Sud-Est asiatique. Les arts cambodgiens tels que la musique, la danse, le théâtre remontent à des temps très anciens et notamment pendant la période de l’empire Khmer (802 – 1431) sous l’influence de l’hindouisme et du bouddhisme.

Cependant, pendant la période Khmer Rouge, toute forme d’art a disparu du fait de la brutalité de ce régime communiste qui interdisait la pratique d’activités.

L’art cambodgien doit donc fleurir à nouveau et l’école du Bayon participe à la transmission de ces symboles importants de la culture grâce à des cours d’instruments khmer, des cours de danse APSARA et des cours de théâtre d’ombres khmer.

Enfants de l'école primaire qui jouent de la musique

Au Cambodge, la musique rythme les cérémonies, fêtes ou rites à l’aide d’instruments traditionnels. Notre professeur de musique Phlong Poeun apprend à nos élèves à jouer de ces divers instruments khmers comme le Tro Saun, une vièle verticale à deux cordes au corps en bois dur, le Takhe ou Krapeur, une cithare posée sur le sol à frettes et à 3 cordes en forme de crocodile ou encore des percussions.

L’art incontournable de la culture khmère, sont les danses traditionnelles Apsara. Autrefois exclusivement réservées aux rois et à leurs cours, ces danses envoûtantes trouvent leur origine du côté de l’Inde. Les apsaras seraient des nymphes issues du barattage de l’océan de lait qui est à l’origine de l’univers, selon la religion hindouiste. Cet art est enseigné à l’école primaire, aussi bien aux filles qu’aux garçons, grâce à nos deux professeurs San Theany et Run Marin.

Danse APSARA à l'école primaire
Théâtre d'ombres à l'école primaire

Le théâtre d’ombres au Cambodge, « Sbek Thom » en Khmer, est inscrit, depuis 2008, à l’UNESCO comme patrimoine immatériel de l’humanité. Il met en scène des marionnettes plus ou moins grandes (pouvant mesurer jusqu’à deux mètres de haut), fabriquées en cuir de vache ciselé. Considéré comme un art sacré durant la période angkorienne, les représentations de marionnettes n’étaient à l’époque données que lors d’événements célèbres (nouvel an Khmer, anniversaire du roi et vénération des personnages illustres). Aujourd’hui, le Skeb Thom a dépassé ce cadre purement rituel pour devenir un symbole à part entière de la culture artistique khmère. A l’Ecole du Bayon, notre professeur Keo Kea est en charge de  faire perdurer cette tradition auprès des enfants.

Notre objectif est ambitieux : donner une représentation de tous ces enseignements artistiques à la fin de l’année scolaire.

Un laboratoire de transformation alimentaire pour notre école d’agroécologie

Un laboratoire de transformation alimentaire pour notre école d’agroécologie

Restaurants Sans Frontières, association fondée en 2007 a pour but de favoriser une alimentation saine, dans de bonnes conditions, au sein d’écoles, d’orphelinats et centres de formation dépourvus de cuisine ou de réfectoires salubres. Leur mission est de donner à ces organisations les moyens nécessaires à la construction et l’entretien de ces structures, via le financement de projets tels que la création et la rénovation de cantines et réfectoires scolaires.

Madagascar, Haïti, Vietnam, Laos, Maroc, Restaurants Sans Frontières soutient de nombreux projets à travers le monde et notamment au Cambodge, où l’association a décidé de nous accompagner sur la rénovation de notre laboratoire de transformation alimentaire.

La présence d’un laboratoire de transformation alimentaire nous a semblé indispensable au sein de notre école d’agroécologie ouverte en 2020. En effet, l’une des bases de l’agroécologie est la diversification des espèces cultivées. Cette diversification qui intègre la culture de fruits et de légumes mais aussi d’herbes, de plantes et de fleurs est vue comme une clef pour sécuriser les revenus des agriculteurs. Et c’est cette diversité qui permet également de créer différents produits transformés.

Ainsi, pour que notre formation en agroécologie combine à la fois des cours théoriques et pratiques, la création de ce laboratoire permet à nos professeurs de réaliser des cours applicatifs sur les techniques de transformation simples et adaptées aux ressources et moyens du Cambodge.

Sur le long-terme, l’objectif de ce projet est d’assurer la pérennité de notre formation, au même titre que notre Coffee Shop de l’école de pâtisserie, qui finance aujourd’hui 50% des frais liés à cette formation. Depuis toujours, l’un de nos principaux objectifs est de parvenir à un auto-financement partiel de nos écoles :  les revenus ainsi dégagés permettront d’être directement réinjectés dans le financement de l’école d’agroécologie.

En nous soutenant sur ce projet, Restaurants Sans Frontières a permis de rénover entièrement le bâtiment dédié à ce laboratoire : isolation, régulation thermique et normes sanitaires, les travaux ont été réalisés entre avril et juillet 2021, nous permettant de compléter le programme de formation de nos élèves, notamment pour la seconde promotion arrivée fin décembre.

Aujourd’hui, notre laboratoire est utilisé par nos professeurs pour la mise en place de cours pédagogiques permettant à nos élèves de développer de nouvelles compétences. Lors de leur dernier atelier, les élèves se sont familiarisés avec la technique de fabrication du sirop et du thé, leur permettant de comprendre les processus essentiels à la transformation de nos aliments.

Ces ateliers permettent à nos étudiants de compléter leur apprentissage et leurs réflexions quant aux multiples façons de gérer sa production et la diversification des produits qu’ils peuvent proposer : du légume sorti de terre qui compose nos paniers de légumes à la confiture vendue au sein de notre Coffee Shop.

Combinés à leur stage, ces cours pratiques viennent compléter notre formation en agroécologie, garantissant à nos étudiants un réel savoir-faire et une vraie connaissance du terrain à la fin de leur année d’études !

 Nous remercions chaleureusement Restaurants Sans Frontières pour leur soutien sur ce projet.

10 bonnes raisons de soutenir l’Ecole du Bayon à Noël

10 bonnes raisons de soutenir l’Ecole du Bayon à Noël

Nous sommes enfin arrivés à la fin de l’année 2020 et plus que jamais l’école du Bayon a besoin de votre aide pour faire face à cette période compliquée que nous traversons tous. C’est pourquoi au Bayon nous vous avons concocté ce petit top 10 des raisons de nous soutenir à Noël ! A votre tour de convaincre vos ami(e)s de nous parrainer !

1. Devenir parrain de l’Ecole du Bayon, c’est rejoindre une grande famille qui agit depuis maintenant 30 ans pour l’émancipation et le développement des jeunes cambodgiens.

Initiée dans les années 1990 par un bonze qui recueillait des orphelins issus de la guerre, l’Ecole du Bayon s’est donnée pour objectif de fournir une éducation de qualité et un soutien médical aux jeunes défavorisés vivant dans la région des temples d’Angkor. Au fil des ans, l’association a diversifié ses activités pour contribuer au développement économique et social des populations les plus vulnérables.

tous les enfants de l'école primaire

2. C’est permettre aux familles les plus vulnérables de compenser la perte de leur activité et de continuer à leur assurer une sécurité alimentaire malgré la gravité de la situation.

Si le pays n’a été que peu touché par le COVID, ses conséquences ont été désastreuses pour l’économie. A Siem Reap, 78 % des hôtels ont fermé ou ont cessé leur activité. Les temples d’Angkor ont vu une baisse de 98,7% de visiteurs étrangers en mai 2020 par rapport à mai 2019. Ainsi, de nombreuses familles de bénéficiaires ont soudainement perdu leurs principales sources de revenus.

farmers dans un champ

3. C’est offrir l’opportunité à plus de 250 enfants d’accéder à une éducation de qualité et ainsi leur donner les clefs pour se construire un avenir meilleur.

Chaque année, l’école primaire du Bayon accueille 250 élèves et leur fournit 2 repas équilibrés par jour, du matériel scolaire et des uniformes. Mais avant tout, l’école leur permet de s’épanouir, de contribuer à leur développement personnel et d’apprendre dans de bonnes conditions.

4. C’est donner la possibilité aux familles les plus défavorisées d’accéder à l’eau potable et à des toilettes.

Parce que la santé est un droit, l’association se mobilise cette année pour doter les familles les plus fragiles d’un accès à l’eau potable et à des conditions sanitaires dignes par l’installation de filtres à sable et de toilettes.

enfant se lave les mains
professeur donne un cours

5. C’est contribuer à l’amélioration du programme Art-Culture-Sport.

Si une éducation de qualité est vitale pour donner une chance aux enfants de se construire un meilleur avenir, il est au moins tout aussi important d’encourager leur développement personnel aux travers d’activités ludiques, culturelles et sportives. C’est pourquoi au Bayon nous souhaitons continuer à développer et améliorer ces activités parascolaires que nous leur proposons chaque semaine.   

une main tient une marionnette d'éléphant

6. C’est aussi accompagner nos anciens étudiants tout au long de leur parcours.

Parce que la scolarité ne s’arrête pas à la sortie de l’école primaire, nous suivons nos élèves tout au long de leurs études. Ils disposent ainsi d’un accompagnement social, de cours de soutien, d’un vélo, d’une bourse mensuelle, mais aussi d’un forum annuel dédié aux formations professionnelles pour les guider dans leur orientation.

Des jeunes discutent orientation professionnelle

7. C’est contribuer cette année à l’ouverture d’une école d’agroécologie qui va permettre à la nouvelle génération de développer des techniques d’agriculture durable.

En janvier 2021, l’école d’agroécologie du Bayon ouvrira ses portes. La formation d’un an que nous proposons a une double vocation : donner des compétences pratiques et professionnelles en matière d’agroécologie ; stimuler les initiatives des jeunes pour créer des petites fermes et des entreprises alimentaires biologiques reliant les producteurs et les consommateurs sur le marché local.

des volontaires travaillent sur un chantier

8. C’est aussi soutenir l’activité de 11 familles de farmers et leur permettre de se structurer en coopérative.

Le Bayon s’est en effet engagé à fournir les outils nécessaires et former les farmers pour qu’ils puissent cultiver des légumes bios qui serviront avant tout à alimenter la cantine de l’école primaire. Les aider à se structurer en coopérative, c’est contribuer à développer un réseau de débouchées pour vendre de grandes quantités de légumes organiques.

des légumes sont distribués aux familles

9. C’est permettre aux étudiantes de suivre des cours d’anglais renforcé dans le meilleur établissement d’enseignement des langues de Siem Reap.

Parce que le Cambodge est une terre qui attire de nombreux touristes par la richesse de son histoire et de sa culture, il est vital pour nos étudiantes de parler anglais pour décrocher un emploi qui leur permettra de s’épanouir et d’aider de leur famille.

10. C’est financer la formation d’une vingtaine d’étudiantes à la pâtisserie et la boulangerie.

L’école de pâtisserie du Bayon forme depuis maintenant 6 ans les boulangères et pâtissières de demain. Aujourd’hui, et plus que jamais dans un marché du travail rendu incertain par la crise du COVID, nous nous efforçons de leur donner toutes les chances de décrocher un emploi.

Toute l’équipe du Bayon vous remercie chaleureusement pour votre générosité qui nous permet chaque année de continuer à aider les plus démunis, sans vous rien ne serait possible. 

Pour parrainer deux options :

Vous allez être redirigé vers une page pour parrainer directement en ligne

Vous pouvez aussi remplir notre formulaire et l’envoyer accompagné de votre RIB :

  • Par e-mail à [email protected]
  • Par courrier postal à SEP du Bayon – 91 avenue Jean Baptiste Clément – 92100 Boulogne Billancourt, FRANCE

Une année pas comme les autres à l’Ecole du Bayon

Une année pas comme les autres à l’Ecole du Bayon

L’année 2020 se termine et avec elle, le cycle scolaire de notre école primaire et de notre école de boulangerie/pâtisserie. C’était une année compliquée. Une année qui a mis nos élèves, nos étudiantes et nos équipes à rude épreuve. Une année où nous avons dû nous adapter, nous renouveler et agir vite pour faire face à une crise dont personne ne pouvait mesurer les impacts. Et même si la situation est loin d’être redevenue « normale », nous en sortons renforcés, enrichis et prêt à continuer notre action pour continuellement innover au service d’une meilleure éducation.

Des projets pour lancer l’année

En septembre 2019, à l’école de pâtisserie, nous accueillons notre 6ème promotion d’étudiantes avec 26 jeunes filles ; un nombre en constante augmentation depuis l’ouverture de l’école. Le nouveau laboratoire destiné à libérer de la place et à renforcer notre enseignement en boulangerie est en cours de finalisation et nous sommes heureux de pouvoir débuter l’année dans des conditions optimales pour former plus et mieux. En 2018/2019, nous avons atteints presque 55% d’autofinancement de l’école grâce aux recettes du Coffee Shop, et nous mettons tout en œuvre pour accueillir touristes et visiteurs pour faire mieux, sinon autant. L’enseignement en hygiène est revu avec une intervenante spécialiste de la sécurité alimentaire et les cours d’anglais sont renforcés avec le lancement d’un partenariat avec Australian Center for English.

pastry-student
des enfans mangent à la cantine

En octobre 2019, 232 élèves rejoignent les bancs de l’école primaire du Bayon, et 120 collégiens et lycéens poursuivent leurs études tout en étant accompagnés par nos équipes mensuellement pour un suivi pédagogique et social. Les enfants découvrent le nouveau petit déjeuner, servi à table dès 6h45 avec un repas chaud. Ils poursuivent leur scolarité enrichie d’un programme art-culture-sport qui se renforce avec des cours de marionnettes traditionnelles et 1h30 dédié à la pratique du sport chaque semaine. En février, 30 élèves participent au championnat sportif inter-écoles et décrochent 2 médailles. Une fierté pour tous ! Les cours de soutien pour les élèves en difficulté se poursuivent et le projet d’un bâtiment dédié à l’enseignement en petit groupe se précise.

En novembre 2019, trois nouvelles familles intègrent le projet potager ce qui portent à 11 le nombre de familles maraîchères du Bayon. 90% des légumes achetés à la cantine sont dorénavant organiques et permettent à ces femmes de dégager un revenu complémentaire.

La coopération avec l’association Pour un Sourire d’Enfant débute, nous lançons un grand chantier collaboratif pour créer un terrain d’expérimentation en agroécologie. Plantation d’arbres fruitiers et de plantes médicinales, construction de tables de culture hors sol, création d’un compost, installation d’un système d’arrosage, ce terrain accueillera notre future école d’agroécologie et ses 10 premiers étudiants en janvier 2021. Parallèlement, la formation de 10 mois des futurs professeurs en partenariat avec l’ONG Vivre de sa Terre débute et le curriculum est rédigé.

Une agricultrice montre ses cultures

Dès décembre 2019, les familles reçoivent la visite de nos équipes médicales et sociales pour évaluer leur situation sanitaire et leurs besoins médicaux. 156 familles sont rencontrées et interrogées et une importante étude permet de définir un plan d’action pour agir auprès de nos familles.

S’adapter face au Covid

Le 9 mars 2020, toutes les écoles du pays ferment leurs portes et fin mars, les derniers avions de rapatriement renvoient chez eux les ultimes touristes encore au Cambodge. Nos étudiantes retournent dans leur famille et nos élèves sont tenus à distance de l’école. Désemparés au début, nous réagissons vite pour venir en aide à nos familles qui vont devoir face à cette crise dont nous ne connaissons pas la durée.

enfant porte un masque à l'école
des légumes et du riz sont distribués aux familles

L’intégralité des légumes produits par les farmers est achetée par l’ONG et distribuée gratuitement chaque semaine aux familles de nos élèves qui ne sont plus nourris matin et soir au sein de la cantine. L’équipe sociale se rend sur le terrain et analyse l’impact du Covid sur nos familles : certaines, identifiées comme en grande difficulté, reçoivent du riz. L’enseignement à distance et en très petits groupes débutent dès avril et en juillet, nous recevons une donation de smartphones pour améliorer l’accès à des cours en ligne pour nos étudiantes. Les équipes débutent des chantiers nécessaires : refonte du site internet, peinture des murs du Coffee Shop, étude sur la situation de nos étudiantes alumnis, lancement d’une base de données qui rassemblent toutes les informations sociales, médicales et pédagogiques des élèves, formation pour les farmers et suivi précis des quantités de légumes qui ne font qu’augmenter.

tous les enfants de l'école primaire

Rebondir et avancer

Toutes ces actions mises en place ont permis de maintenir un suivi pédagogique, un accompagnement de nos familles et ainsi d’éviter un trop grand retard scolaire. Certaines familles sont retournées temporairement dans leur village d’origine pour travailler la terre car elles avaient perdu leur emploi. Les cambodgiens se montrent résilients et forts face à cette crise et nous espérons que l’activité économique et touristique pourra reprendre rapidement pour redonner un emploi à ceux qui en ont vraiment besoin.

photo de groupe de la 6ème promotion
Conséquences inattendues de la crise pour les farmers

Conséquences inattendues de la crise pour les farmers

Cela fait 2 ans et demi que j’ai rejoint l’équipe du Bayon. A mon arrivée nous avons démarré le projet des « potagers du Bayon ». Nous soutenons et accompagnons 11 familles parents ou grands-parents d’élèves de notre école primaire dans la création et le développement de potagers. Les légumes produits, bons pour la santé, sont vendus à la cantine de l’école et nourrissent chaque jour 250 élèves. Ces farmers sont toutes des femmes, cela n’était pas une volonté de notre part mais une réalité qui s’est imposée. 


 

En m’engageant dans ce projet, je savais qu’il faudrait donner du temps, de l’énergie, de la patience, de la persévérance. Mais jamais je n’aurais pu imaginer combien j’allais recevoir en retour de la part de ces 11 femmes. C’est énorme pour moi ! Bien qu’elles ne possèdent quasiment rien, vivent dans la misère et l’isolement, travaillent dur, soient confrontées à la maladie et aux deuils, elles ne sont que sourire, générosité, bienveillance, gratitude, empathie et courage. Une belle leçon de vie qui me donne souvent à réfléchir !

Une professeur forme les agriculteurs

Le projet avance pas à pas, au rythme du Cambodge. Ces femmes vivaient en marge de la société, souvent dépendantes financièrement de leurs enfants ; aujourd’hui, elles travaillent, produisent et gagnent de l’argent. Malgré la barrière de la langue, et le fait que je ne comprenne pas toujours ce qu’elles racontent, la fierté qu’elles dégagent saute aux yeux.

Dans les milieux ruraux, les jeunes cambodgiens sont généralement dans l’obligation de quitter le foyer familial pour trouver du travail dans des régions parfois éloignées. L’éclatement de ces foyers est contraire à la tradition khmère où la notion de famille au sens large est fondamentale. Culturellement, grands-parents, parents, enfants, belles-filles, gendres et petits-enfants vivent sous le même toit. Mais, lors de nos visites hebdomadaires dans les fermes, nous étions habitués à rencontrer ces femmes seules, avec pour unique compagnie, enfants et petits-enfants en bas âge, confiés par leurs parents.

La crise du Covid 19 et l’absence de touristes ont entrainé la perte de leur emploi pour beaucoup de jeunes qui sont revenus dans le giron familial. La vie de famille a repris dans les fermes ! Et ce retour des jeunes offre une nouvelle main d’œuvre non négligeable. Cela a eu pour conséquence l’agrandissement des fermes, l’augmentation de la production et le développement de nouvelles activités.

Ces femmes que nous formons depuis 2 ans aux méthodes de l’agroécologie, transmettent aujourd’hui leur savoir à leurs enfants et petits-enfants, les dirigent, les encadrent. Leur fierté est immense, elles ont pris la place de chef de famille et patronne de la ferme.


Ferme de Sem Chum : une nouvelle ambiance

Sem Chum est veuve. Elle est âgée de 57 ans, mère de 4 enfants, grand-mère de 3 petits-enfants. Dans sa ferme régnait une ambiance silencieuse que seul le chant des oiseaux venait troubler. Malgré la solitude et la dureté du travail qu’elle accomplit, elle nous accueille toujours avec un sourire rayonnant. Aujourd’hui ce sourire est encore plus franc et il s’accompagne d’une légitimité et d’une dignité auprès de ces proches.

Le silence a été remplacé par les rires des petits enfants, les discussions des plus grands, les marmites qui bouillonnent, le croassement des grenouilles, le nasillement des canards et le gloussement des poules. Les ordres et les conseils fusent pour le bon fonctionnement de la ferme familiale dans laquelle on sent une nouvelle effervescence ! Il y a trois mois, Sem Chum a vu revenir deux de ses fils avec femmes et enfants ainsi que sa dernière fille.

Sous la direction de notre farmer, cette nouvelle équipe familiale s’est mise à l’œuvre. Bien évidemment la production a explosé et de nouvelles activités ont été créées. Grace aux formations qu’elle a reçues et aux ressources humaines et pécuniaires aujourd’hui disponibles, Sem Chum et sa famille ont agrandi leur potager, démarré un élevage de grenouilles, de poules, de canards… Une étable est en cours de construction pour accueillir une vache. Ces nouvelles activités sont sources de revenus. Elles permettent aussi à la ferme de s’approcher de l’autosuffisance. De plus, la fiente des poules et des canards, et la bouse de vache qui étaient achetées pour confectionner le compost naturel, sont aujourd’hui disponibles sur place.


Et la suite ?

Malgré ces conséquences étonnantes, la production de produits organiques reste très à la marge au Cambodge. Près de la moitié des légumes consommés chaque jour sont importés des pays voisins, cependant le gouvernement pousse les coopératives locales à se développer notamment à travers de projets pilotes comme celui-ci. Les farmers soutenus par le Bayon sont entrés dans une phase de consolidation de leur production, il faut maintenant trouver des débouchés pour leurs légumes et encourager le marché de l’agriculture organique à Siem Reap.

Un grand merci à tous les volontaires impliqués dans le projet depuis le début : Marine, Paul, Léa, Camille, Soraya et Clémentine.