REGARD SUR … – « Il est l’heure de partir » par Pénélope

REGARD SUR … – « Il est l’heure de partir » par Pénélope

Quand j’ai su il y a maintenant 3 mois que je viendrais au Cambodge dans le cadre d’un Volontariat de Solidarité Internationale avec l’École du Bayon, l’excitation et l’appréhension se sont quelques peu mélangées. Bien que je n’en sois pas à ma première expatriation, celle-ci avait d’ores et déjà une saveur particulière.

Premièrement parce que j’avais eu l’occasion de découvrir un petit bout du continent asiatique il y a quelques années et que les souvenirs que j’ai depuis tout ce temps ne se sont jamais effacés, bien au contraire. Je n’ai jamais cessé de répéter à qui voulait bien m’entendre qu’un jour, je reviendrai.

Deuxièmement, et là est toute la valeur de ce départ, parce que j’y vais dans un contexte singulier, pour une ONG, dans un domaine qui me porte depuis que j’ai commencé à imaginer à quoi ressemblerait mon projet professionnel, et qui correspond à ce pourquoi je voulais m’engager. Depuis toujours, j’essaie de comprendre comment notre monde fonctionne, quel est son équilibre, comment nos sociétés s’articulent entre elles, et surtout quelles sont nos différences. Culturelles, identitaires, sociales, je me suis toujours questionnée sur l’importance de ces différences et sur ce qu’elles ont à nous apprendre des autres. Je crois sincèrement qu’il est important d’apprendre à regarder autour de soi pour espérer trouver les ressources nécessaires à un monde plus égalitaire, à un équilibre propice aux changements et aux progrès. Je crois aussi que c’est en se tournant vers les autres que l’on peut se tourner vers ce que nous sommes et ce que nous voulons être. 

En partant m’engager auprès de l’École du Bayon, c’est un mélange de toutes ces questions que j’emporte avec moi, et qui guident mon travail au quotidien.

Je me penche notamment sur le rôle que la communication a dans la transmission de notions d’équité, de justice sociale et de droits civiques. Je m’interroge sur les multiples outils que nous avons pour mettre en lumière ce qu’il se passe ailleurs et pour faire rayonner des initiatives sociales et humanitaires parfois trop peu partagées.

Ayant commencé à travailler depuis la France, j’ai eu le temps d’imaginer à quoi ressemblerait mon travail et ma vie ici. Ma tête est déjà remplie d’images inventées par mon esprit, que j’ai hâte de remplacer par de vrais souvenirs. Imaginer à distance ce à quoi ressemble le terrain sur lequel nous partons et travaillons est une expérience plutôt singulière, si bien que mes appréhensions du début ont finalement laissé place à l’excitation grandissante de partir, enfin. 

D’enfin découvrir à quoi ressemble l’école, de rencontrer l’équipe autrement qu’à travers un écran d’ordinateur, de pouvoir rendre visite aux familles et aux enfants, d’arrêter d’imaginer leurs sourires mais de pouvoir leur en faire également, d’admirer le travail de ces femmes qui cultivent la terre, de goûter les pâtisseries de nos cheffes en herbe, de pouvoir enfin faire partie de ce que toute l’équipe aime appeler cette grande famille de l’école du Bayon.

Jour J, le 12 août. Après un départ chaotique et une course dans l’aéroport pour ne pas rater mon avion ; en cause, un test PCR refusé à l’enregistrement qui m’a valu quelques sueurs froides et pas mal de stress, je suis enfin dans l’avion, épuisée des derniers jours et des aurevoirs à mes proches mais heureuse de finalement décoller vers le Cambodge. 

Après 15h de vol, une courte escale à Singapour et 3 tests PCR pour me souhaiter la bienvenue, direction l’hôtel pour la quarantaine. Je retrouve à travers la vitre du bus la chaleur écrasante et humide, l’effervescence des scooters et des tuk tuks dans tous les sens, les stands ambulants de fruits et légumes, le bruit des klaxons et des moteurs, et j’ai du mal à réaliser que je suis finalement arrivée.

Jour 10. Lorsque j’écris ces lignes, nous sommes le 23 août et je suis en quarantaine depuis maintenant 10 jours. Plus que 4 ! Depuis que je suis ici, mon travail prend plus de sens et les choses deviennent plus réelles. Je prends davantage conscience de mon rôle et de celui de chacun pour assister nos familles. Mon engagement et ma motivation prennent de plus en plus de place et je trépigne d’impatience à l’idée de pouvoir échanger et mettre en forme toutes mes idées avec l’équipe sur place.

Vue de ma chambre de quarantaine, depuis le 11ème étage.

Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre ni ce que cette année va m’apporter. Je me laisse doucement porter et guider par l’énergie que je ressens déjà ici. J’espère pouvoir donner à mon travail et à mon engagement une dimension encore plus large que celle que je m’efforce d’avoir au quotidien. D’abord pour eux, les enfants pour lesquels l’Ecole du Bayon oeuvre au quotidien, en leur apportant mon soutien et en les accompagnant du mieux possible vers cet apprentissage précieux qu’est celui de l’école, et puis ensuite un peu pour moi, en espérant grandir encore, car je sais déjà que de toutes mes expériences à l’étranger, celle ci sera sûrement la plus riche en émotions.

Quand vous lirez ce texte, je serai déjà à Siem Reap depuis quelques semaines, et je prendrai le temps de vous témoigner mon ressenti pour vous dire si les images dans ma tête et celles que je partage avec vous pour la communication du Bayon sont les mêmes que celles qui existent pour de vrai.

Des paniers d’urgence pour faire face à une crise qui s’intensifie

Des paniers d’urgence pour faire face à une crise qui s’intensifie

Pour atténuer les effets de la crise sur nos bénéficiaires, nous avions mis en place dès mars 2020 des distributions hebdomadaires de nourriture. Le Bayon s’était ainsi mobilisé pour racheter une partie de la production de légumes cultivés par les farmes que nous accompagnons dans le cadre du programme Green Farming, afin de les redistribuer gratuitement, chaque semaine, aux familles de nos bénéficiaires. Cette initiative représentait pas moins 300 kg de légumes par semaine et permettait à ces femmes qui travaillent ardemment de continuer à générer un revenu tout en fournissant une nourriture variée aux familles. Pour celles qui avaient vu leurs conditions de vie se dégrader sévèrement à cause de la crise, des distributions bi-mensuelles de riz, dont la quantité est déterminée en fonction du nombre de personnes composant le foyer, étaient également effectuées en complément.

Aujourd’hui, face à une situation qui persiste et s’aggrave chaque jour, cette aide ne suffit plus à assurer une alimentation décente à la plupart des familles que nous soutenons. C’est pourquoi nous avons décidé de renforcer les distributions de légumes, étendre celle de riz à tous nos bénéficiaires et proposer également des compléments alimentaires sous forme de paniers repas d’urgence. A minima, cette initiative sera maintenue jusqu’à la réouverture des écoles afin de soulager les familles qui doivent désormais prendre à leur charge ces repas supplémentaires.  Elle permettra également de s’assurer que les enfants disposent toujours des ressources nécessaires à leur bon développement.

 

Parce qu’une alimentation saine et un soutien des familles sont des facteurs clefs dans la réussite scolaire de l’enfant, nous nous efforcerons toujours de leur donner les moyens de se nourrir et vivre dignement.

L’Ecole du Bayon, de l’expérience à l’apprentissage

L’Ecole du Bayon, de l’expérience à l’apprentissage

Témoignage de Romain, chargé de projet santé et social depuis plus d’un an et demi à l’Ecole du Bayon, et dont l’aventure se termine aujourd’hui. Il revient sur son parcours et son expérience ici au Cambodge.

Après plus d’un an et demi à l’Ecole du Bayon, il est venu pour moi le moment de clore ce chapitre et d’entamer une nouvelle page, avec d’autres projets en France.

C’est avec le cœur lourd que j’écris ces quelques lignes sur mon expérience. Et avec tristesse que je quitterai ce beau pays ! D’abord, parce que je ne reverrai pas les écoles ouvertes. Ces enfants, courant, jouant, criant, riant, en un mot heureux d’être à l’école. Ces jeunes femmes, à la conquête d’une vie meilleure, partageant des moments de complicité malgré la barrière de la langue. Des souvenirs joyeux, qui remontent déjà à plusieurs mois, mais que je chérirai pour longtemps. Ensuite, parce que les Cambodgiens, qui ont tant souffert dans un passé pas si lointain et affrontent une nouvelle crise d’ampleur m’ont beaucoup appris sur la vie, la joie, la tristesse, etc. Avec un sourire toujours accroché sur leurs visages, ils traversent les épreuves là où beaucoup auraient déjà flanché. Grâce à eux, c’est avec un œil neuf et une pensée différente que j’aborde le futur !

J’ai eu la chance, grâce à la souplesse du Bayon, de naviguer à travers les programmes, d’abord par la réalisation d’un diagnostic du projet Santé et l’accompagnement des activités sportives et artistiques à l’école primaire, ensuite comme « facilitateur » auprès de l’équipe sociale et par la mise en place de la base de données médico-socio-éducatives, et enfin en charge du projet de coopération entre BED et PSE Siem Reap. J’ai pris plaisir à travailler avec chacun ; tous ces collègues plus impliqués les uns que les autres et qui font vivre cette belle histoire qu’est le Bayon.

Attention, tout n’a pas été facile. Nouvelle culture, nouvelles façons de travailler ; loin des mentalités françaises et de ma première expérience professionnelle. Il faut donc s’adapter, mais qu’est-ce qu’on en ressort grandi. Quel plaisir ensuite de voir se réaliser les projets pensés et mis en place main dans la main avec les Cambodgiens !

Ensuite est arrivé le COVID-19, tout a été perturbé ; les plans à 3 ans tombent à l’eau, les projets sont chamboulés, les priorités changent, les actions doivent être réadaptées quotidiennement. Les équipes éducatives se sont employées à expérimenter et innover pour trouver toutes les solutions possibles afin de limiter le retard scolaire engendré par les fermetures d’école. L’équipe sociale et santé s’est démenée pour apporter l’aide nécessaire aux familles, ici en riz, là en légumes avec l’aide de l’équipe green farming, ailleurs en soutien médical, etc. Pour cela, nous pouvons leur tirer un grand coup de chapeau. Malgré une situation qui s’améliore nettement en France, avec des restrictions qui disparaissent les unes après les autres, n’oublions pas que ce virus continue de faire des dommages dans d’autres régions du monde, parmi les plus pauvres malheureusement. Ici, malgré le faible nombre de cas et de décès pour le moment, l’éducation d’une génération est sacrifiée… Les inégalités, déjà criantes, vont s’accroitre. Le futur s’annonce complexe. Plus que jamais, le rôle de l’Ecole du Bayon sera indispensable.

Mais dans chaque crise, il y a des opportunités à saisir. Pour Siem Reap, qu’un nouveau modèle touristique s’impose et bénéficie au plus grand nombre. Pour le Bayon, que cette période extrêmement difficile ait rendu notre modèle plus résilient et nos équipes plus soudées, au profit des bénéficiaires.

Malgré la tristesse du départ et l’appréhension du retour en France, c’est avec fierté que je mesure le chemin parcouru. Fierté d’avoir mis à profit mes compétences pour les plus défavorisés ! Fierté d’avoir réussi à m’intégrer dans cet environnement multiculturel ! Fierté d’avoir contribué à tous ces beaux projets !

Pour conclure, en premier lieu, je souhaite le meilleur à tous les élèves présents et futurs du Bayon, qu’ils soient à l’école primaire ou dans le programme Follow-up ; qu’ils soient à l’université ou en formation professionnelle. Je sais qu’ils seront encadrés au mieux par l’équipe pour leur permettre d’atteindre leurs rêves.

Enfin, je remercie tous mes collègues, membres de la famille Bayon ici au Cambodge, pour leur accueil chaleureux et leur générosité. Je ne vous oublierai pas, et je continuerai de suivre vos nombreuses réussites de loin !

De l’importance d’une base de données

De l’importance d’une base de données

Pinelopi, stagiaire à Bayon Education & Development (BED) pendant 6 mois, nous parle de la base de données qu’elle a créée pour permettre la centralisation des données relatives à nos bénéficiaires. Une tâche qui a première vue paraît évidente, mais qui s’avère à la fois complexe, technique mais aussi vitale pour améliorer la qualité des programmes que nous mettons en œuvre.

En septembre 2020, je suis arrivée à BED pour concrétiser un outil sollicité par les membres des équipes sociales et de santé. Le projet ? Développer et mettre en place une base de données qui permettrait de regrouper et d’organiser les données collectées sur les bénéficiaires ainsi que d’aider aux besoins de suivi et d’évaluation de BED.

La base de données et son contenu

La base a été construite à l’aide d’un logiciel en ligne appelé TeamDesk. Un outil personnalisé pour refléter les besoins de BED en matière de collecte de données et d’organisation de trois composantes principales : sociale, santé et éducation.

Tout au long de leur scolarité, de la maternelle à la douzième année (équivalent de la fin du lycée), et dans certains cas jusqu’à l’université, les bénéficiaires sont suivis par l’équipe de travailleurs sociaux, de professionnels de la santé et d’éducateurs de BED. Les données sociales, de santé et d’éducation collectées par nos équipes sont essentielles au bon suivi de chaque bénéficiaire ainsi qu’à l’évaluation de l’efficacité et de l’impact de nos programmes. Ainsi, la base de données stocke actuellement les informations des bénéficiaires inscrits dans nos programmes d’école primaire, de suivi et d’université (372 élèves et 242 familles).

Pourquoi une base de données ?

Avant la mise en place de la base de données, BED cherchait un moyen d’améliorer sa stratégie de suivi, d’évaluation des bénéficiaires et de ses programmes. Étant donné que les renseignements étaient recueillis par différentes équipes et qu’ils étaient auparavant stockés dans plusieurs fichiers Excel sans lien entre eux, l’analyse des composantes de la collecte de données s’avérait difficile. De plus, il était compliqué de partager les informations entre les équipes.

Enfin, de nouveaux dossiers étaient créés chaque année, ce qui rendait d’autant plus complexe le suivi des élèves et des familles dans le temps et l’évaluation de l’impact et de l’évolution du BED.

Par conséquent, la nouvelle base de données devait répondre à trois besoins fondamentaux :

  • la capacité de stocker et de relier les données des bénéficiaires en un seul endroit
  • de conserver un historique des données collectées,
  •  Facilité l’analyse de ces données.

Valeur et impact

 Au sein de la base de données, chaque élève et chaque famille dispose d’un dossier personnel qui regroupe les informations collectées par les équipes tout au long de leur prise en charge à BED. Ceci a deux implications importantes :

  • l’équipe a accès à un dossier complet pour suivre chaque élève et famille et
  • les informations relatives aux bénéficiaires ou à un programme peuvent être suivies au fil des années.

Outre l’impact sur l’organisation et le suivi des données, la base a également influencé la manière dont chaque équipe recueille ses données. Les enseignants de l’école primaire peuvent désormais enregistrer les présences et les résultats des examens directement sur leur téléphone ou une tablette, les visites médicales sont enregistrées à l’aide d’une tablette, et les travailleurs sociaux ont la possibilité de mettre à jour les informations d’une famille au moment de leur visite. Cette fonctionnalité permet à toutes les équipes d’avoir un accès immédiat aux informations mises à jour en temps réel à mesure qu’elles sont collectées.

Etudiants du programme follow-up
rencontre avec les étudiants boursiers

Enfin, les informations peuvent également être organisées sous forme de tableaux, de graphiques et de chiffres. Cela permet notamment à la direction de BED de se faire une idée de la performance des différents projets qu’elle implémente et de constater de manière moins abstraite les progrès réalisés au fil des ans.

Mise en œuvre et avenir

Parce que BED a aussi pour vocation de faire monter en compétence son staff, plusieurs sessions de formation ont été dispensées et les équipes locales sont désormais autonomes dans l’utilisation de la base de données.

fichier illustratif de la data base
Illustration des fichiers disponibles sur la database

Bien que ce projet commence avec trois programmes (primaire, suivi et universitaire), l’objectif à long terme serait de réaliser la collecte de données pour tous les autres programmes de BED sur la base de données. En fin de compte, l’objectif principal reste d’aider l’équipe et la direction de BED à relier les informations entre les différentes tâches de collecte de données et d’améliorer la capacité de l’organisation à suivre l’évolution des bénéficiaires et des programmes au cours des années à venir.

De mon point de vue, ce fut une expérience incroyable que celle de travailler en collaboration avec chaque personne de BED pour mener à bien ce projet. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un véritable apprentissage pour moi ainsi que pour tous les membres de l’équipe qui ont dû s’adapter à ce nouvel outil pour mener à bien leur travail en faveur des enfants et des familles que l’ONG soutien depuis des années.

Plus qu’un stage au Bayon, une aventure humaine

Plus qu’un stage au Bayon, une aventure humaine

La parole est donnée à François, stagiaire au programme Green farming, qui revient sur son expérience au Cambodge pendant laquelle il a mis ses compétences au service des farmers que nous soutenons.

Stagiaire au sein de l’équipe Green Farming depuis le mois d’Octobre, ma mission touche à sa fin en ces derniers jours de Mars. La transition avec Laurane, étudiante-ingénieure agronome en année de césure, s’effectue en douceur. C’est elle qui va prendre le relais pendant les 6 prochains moins et ainsi s’ériger en interlocutrice privilégiée des agricultrices.

Ce n’est pas sans un pincement au cœur que je saluerai les agricultrices une dernière fois. Conscient que ce qui était mon présent glissera lentement, au fil des jours et des années, vers un souvenir vaporeux. Je n’aurais alors que quelques photos pour faire rejaillir en moi les moments partagés avec elles, leurs rires, leurs plaintes et nos échanges. Nombreux furent les apprentissages pendant ma mission, bien sûr ils furent théoriques, pratiques, tangibles m’ayant beaucoup appris sur l’agriculture en pays tropical, sur la gestion de projet ou sur le fonctionnement d’une association. Mais ces apprentissages furent aussi moins palpables, car lorsqu’ils trouvent leur source dans les échanges informels, dans le partage et la relation avec l’autre, ils nourrissent alors l’individu et ne peuvent être retranscris dans les lignes d’un CV.

C’est ainsi que je remercie chaleureusement les personnes côtoyées pendant mon séjour, car elles aussi ont contribué à me former. Je pense aux agricultrices qui m’ont laissé m’immiscer dans leur quotidien.

Je pense à Chorvin, mon collègue dont nos échanges émaillés de rires résonneront longtemps en moi, je pense à Camille, Tintin, Romain, Sakoth ou Sreyleak.  C’est aussi et surtout par ce contact humain que j’ai appris.

2 membres de l'ONG discute avec une bénéficiaire
Formation des agricultrices accompagnées par le programme

J’ai conscience de ma chance. Celle d’avoir pu vivre six mois au Cambodge auprès de ces femmes courageuses et de ces collègues engagés. Celle d’avoir pu échapper à la période difficile que traverse l’hexagone pour plonger dans les dédales des temples d’Angkor mais surtout, celle d’être né au cœur de ce même hexagone. Car même s’il est triste ou pathétique de partir si loin pour s’en apercevoir, c’est une chance unique que l’on a. Certaines situations au Cambodge, nous rappellent, parfois brutalement, que l’existence peut-aussi être une bataille pour certaines personnes. Être directement confronté à ces témoignages ou à ces vues, sans le filtre qu’inclut l’éloignement, est quelque chose d’assez corrosif. En constatant des scènes douloureuses ou en ayant accès à l’histoire de certaines familles, en observant ces difficultés dont la multiplicité peut rendre la chose commune, on se sent attristé, affligé, impuissant et puis, égoïstement, on se rend compte à quel point nous sommes chanceux d’avoir une vie moins pénible. Alors c’est peut-être aussi pour cela, parce que notre vie est plus facile, plus simple, qu’il faut s’engager et tenter modestement, d’aider ceux qui en ont besoin.

Formation des farmers

Pour finir, je souhaite à Laurane de savourer chaque instant ici. De prendre le temps d’écouter, d’apprendre auprès des gens qu’elle rencontrera. Et je suis sur qu’elle saura parfaitement s’intégrer au Cambodge et que le projet connaitra de belles avancées pendant sa présence !

Alors bonne chance Laurane !

Conséquences inattendues de la crise pour les farmers

Conséquences inattendues de la crise pour les farmers

Cela fait 2 ans et demi que j’ai rejoint l’équipe du Bayon. A mon arrivée nous avons démarré le projet des « potagers du Bayon ». Nous soutenons et accompagnons 11 familles parents ou grands-parents d’élèves de notre école primaire dans la création et le développement de potagers. Les légumes produits, bons pour la santé, sont vendus à la cantine de l’école et nourrissent chaque jour 250 élèves. Ces farmers sont toutes des femmes, cela n’était pas une volonté de notre part mais une réalité qui s’est imposée. 


 

En m’engageant dans ce projet, je savais qu’il faudrait donner du temps, de l’énergie, de la patience, de la persévérance. Mais jamais je n’aurais pu imaginer combien j’allais recevoir en retour de la part de ces 11 femmes. C’est énorme pour moi ! Bien qu’elles ne possèdent quasiment rien, vivent dans la misère et l’isolement, travaillent dur, soient confrontées à la maladie et aux deuils, elles ne sont que sourire, générosité, bienveillance, gratitude, empathie et courage. Une belle leçon de vie qui me donne souvent à réfléchir !

Une professeur forme les agriculteurs

Le projet avance pas à pas, au rythme du Cambodge. Ces femmes vivaient en marge de la société, souvent dépendantes financièrement de leurs enfants ; aujourd’hui, elles travaillent, produisent et gagnent de l’argent. Malgré la barrière de la langue, et le fait que je ne comprenne pas toujours ce qu’elles racontent, la fierté qu’elles dégagent saute aux yeux.

Dans les milieux ruraux, les jeunes cambodgiens sont généralement dans l’obligation de quitter le foyer familial pour trouver du travail dans des régions parfois éloignées. L’éclatement de ces foyers est contraire à la tradition khmère où la notion de famille au sens large est fondamentale. Culturellement, grands-parents, parents, enfants, belles-filles, gendres et petits-enfants vivent sous le même toit. Mais, lors de nos visites hebdomadaires dans les fermes, nous étions habitués à rencontrer ces femmes seules, avec pour unique compagnie, enfants et petits-enfants en bas âge, confiés par leurs parents.

La crise du Covid 19 et l’absence de touristes ont entrainé la perte de leur emploi pour beaucoup de jeunes qui sont revenus dans le giron familial. La vie de famille a repris dans les fermes ! Et ce retour des jeunes offre une nouvelle main d’œuvre non négligeable. Cela a eu pour conséquence l’agrandissement des fermes, l’augmentation de la production et le développement de nouvelles activités.

Ces femmes que nous formons depuis 2 ans aux méthodes de l’agroécologie, transmettent aujourd’hui leur savoir à leurs enfants et petits-enfants, les dirigent, les encadrent. Leur fierté est immense, elles ont pris la place de chef de famille et patronne de la ferme.


Ferme de Sem Chum : une nouvelle ambiance

Sem Chum est veuve. Elle est âgée de 57 ans, mère de 4 enfants, grand-mère de 3 petits-enfants. Dans sa ferme régnait une ambiance silencieuse que seul le chant des oiseaux venait troubler. Malgré la solitude et la dureté du travail qu’elle accomplit, elle nous accueille toujours avec un sourire rayonnant. Aujourd’hui ce sourire est encore plus franc et il s’accompagne d’une légitimité et d’une dignité auprès de ces proches.

Le silence a été remplacé par les rires des petits enfants, les discussions des plus grands, les marmites qui bouillonnent, le croassement des grenouilles, le nasillement des canards et le gloussement des poules. Les ordres et les conseils fusent pour le bon fonctionnement de la ferme familiale dans laquelle on sent une nouvelle effervescence ! Il y a trois mois, Sem Chum a vu revenir deux de ses fils avec femmes et enfants ainsi que sa dernière fille.

Sous la direction de notre farmer, cette nouvelle équipe familiale s’est mise à l’œuvre. Bien évidemment la production a explosé et de nouvelles activités ont été créées. Grace aux formations qu’elle a reçues et aux ressources humaines et pécuniaires aujourd’hui disponibles, Sem Chum et sa famille ont agrandi leur potager, démarré un élevage de grenouilles, de poules, de canards… Une étable est en cours de construction pour accueillir une vache. Ces nouvelles activités sont sources de revenus. Elles permettent aussi à la ferme de s’approcher de l’autosuffisance. De plus, la fiente des poules et des canards, et la bouse de vache qui étaient achetées pour confectionner le compost naturel, sont aujourd’hui disponibles sur place.


Et la suite ?

Malgré ces conséquences étonnantes, la production de produits organiques reste très à la marge au Cambodge. Près de la moitié des légumes consommés chaque jour sont importés des pays voisins, cependant le gouvernement pousse les coopératives locales à se développer notamment à travers de projets pilotes comme celui-ci. Les farmers soutenus par le Bayon sont entrés dans une phase de consolidation de leur production, il faut maintenant trouver des débouchés pour leurs légumes et encourager le marché de l’agriculture organique à Siem Reap.

Un grand merci à tous les volontaires impliqués dans le projet depuis le début : Marine, Paul, Léa, Camille, Soraya et Clémentine.