Des nouvelles de l’école d’agroécologie !

Des nouvelles de l’école d’agroécologie !

Très prochainement, l’école d’agroécologie du Bayon doit ouvrir ses portes. Formation professionnelle d’un an, elle aura pour vocation de former des techniciens à l’agroécologie, qui seront également capables d’entreprendre et de porter les valeurs du développement durable dans leur futur métier. Les 2 professeures qui animeront cette formation vous en disent plus : 

Débouchés professionnels : une problématique de taille

Débouchés professionnels : une problématique de taille

L’Ecole du Bayon fait face à une problématique compliquée : trouver des débouchés professionnels dans un secteur grandement affecté par l’arrêt total du tourisme au Cambodge. Les étudiantes seront diplômées fin décembre 2020 et notre rôle est de les accompagner vers une sécurité financière à la sortie de la formation.

De la famille à l’employeur

Nous formons des étudiantes issues de milieux défavorisés à la boulangerie et à la pâtisserie grâce à une formation pratique et professionnelle qui leur permet de trouver un métier rapidement dans un domaine qui, jusqu’à février 2020, était en pleine croissance. La prise en charge des étudiantes ne s’arrête pas à la cérémonie des diplômes et nous les accompagnons jusqu’à la porte de leur premier employeur ainsi que dans la recherche d’un logement (petite chambre partagée en général) pour assurer leur sécurité lors de cette phase de transition. En effet, leurs familles étant éloignées géographiquement, elles ne peuvent pas sur elles ; d’autant plus que ces dernières sont souvent très loin de comprendre la réalité du monde du travail dans lequel leurs filles vont travailler.

la 6eme promotion de l'école de pâtisserie
filles sur des vélos

Des partenaires qui subissent la crise

Avec 6 ans d’existence, et plus de 80 étudiantes diplômées, l’école a acquis une certaine renommée auprès des hôtels et des boulangeries de Siem Reap. Les grands chefs de la ville reconnaissent la qualité de la formation et viennent même régulièrement chercher les étudiantes en fin d’année. 90 % des jobs sont en général trouvés dans le réseau de Siem Reap. Cette année, à cause de la crise Covid, 78% des hôtels de la ville sont fermés ou en cessation d’activité. Nos partenaires pour les stages et les débouchés professionnels n’ont aucune opportunité à nous proposer et nous devons trouver des débouchés professionnels pour les 26 étudiantes de la 6ème promotion (1/4 de plus qu’en 2019).

Phnom Penh, un marché local en croissance

La capitale du Cambodge accueille une population qui s’enrichit, avec une classe moyenne qui fréquente les hôtels, les cafés et les restaurants internationaux. Les produits de boulangerie ont la cote et de plus en plus de cambodgiens achètent du pain ou des pâtisseries françaises. Début novembre, nos équipes se sont rendus à Phnom Penh pour rencontrer de futurs partenaires. Des structures de grandes renommées comme le groupe Thalias (chaîne de grands restaurants de la gastronomie française implantés en Asie), les boulangeries Kayser (7 antennes à Phnom Penh) ou encore Brown Café (chaîne de Coffee Shop de luxe) se sont montrés intéressés, 9 candidatures sont aujourd’hui à pourvoir. 5 autres étudiantes ont déjà trouvé un emploi à Battambang et à Siem Reap.

Les jeunes filles ont parfois une forte appréhension à rejoindre la capitale (circulation, coût de la vie) aussi, nous les accompagnons dans ce changement et nous faisons le maximum pour qu’elles intègrent des structures qui prennent en charge leurs soins et leurs frais de repas.

Etudiante de pâtisserie entrain de réaliser un dessert
étudiantes posent avec un bouquet
Chef juge étudiantes de pâtisserie

La septième promotion

Les étudiantes de la 7ème promotion de l’école du Bayon débuteront le 4 janvier prochain. Nous avons fait un choix stratégique de n’en recruter que 15 pour respecter les règles de distanciation sociales mais aussi pour ne pas risquer de former des étudiantes pour lesquelles nous ne pourrions pas trouver de débouchés. Le gouvernement cambodgien prévoit 20 000 touristes pour l’année 2021. C’est un début d’espoir pour relancer doucement l’industrie touristique au Cambodge.

Formation Pro – Où sont nos anciennes étudiantes ?

Formation Pro – Où sont nos anciennes étudiantes ?

Entre 2014 et 2019, l’école de formation professionnelle en pâtisserie et boulangerie du Bayon a accueilli cinq promotions d’étudiantes et 80 jeunes femmes ont obtenu leur diplôme. Que sont-elles devenues ? Revenons sur leur parcours et leur situation actuelle dans un Cambodge en pleine croissance où subsistent de nombreuses inégalités.


Une enquête menée en début d’année 2020 auprès de 80 alumnis.  

L’étude menée par l’équipe sociale de l’Ecole du Bayon a pour but d’analyser l’impact de la formation en pâtisserie/boulangerie sur l’employabilité des jeunes filles, leur satisfaction personnelle à exercer leur métier ainsi que le niveau de revenu qu’elles parviennent à dégager pour mener une vie décente. Sur 80 étudiantes diplômées, 65 ont répondu à l’étude (par téléphone, soit via un formulaire en ligne), ce qui représente 81% de l’ensemble des étudiantes.


Quelques chiffres représentatifs :

  1. 86% des étudiantes interrogées sont actuellement en poste et 14% ne travaillent pas (chômage, maternité ou reprise des études à l’université). Les 3/4 travaillent sur Siem Reap.
  2. Le salaire moyen de nos anciennes étudiantes, toutes promotions confondues, s’élèvent à $190/mois.
  3. Aucune n’envisage de changer d’emploi et 9/10 se disent pleinement satisfaites des compétences acquises lors de leur formation au sein de l’Ecole du Bayon, et elles ont confirmé que ces compétences leur étaient très utiles pour effectuer leur travail au quotidien.

 

En effet, 82% des alumnis interrogées travaillent dans le secteur de l’hôtellerie/restauration et se servent donc quotidiennement des apprentissages de l’Ecole du Bayon.


Un revenu décent au Cambodge.

Bien qu’en janvier 2018, le Cambodge ait fixé le salaire minimal (voté pour le secteur du textile) à $170 par mois, la majeure partie de la population n’atteint pas ce montant. Les étudiantes qui sortent de l’Ecole du Bayon sont embauchées, la première année, pour un salaire moyen de $163. Ce salaire évolue rapidement et elles peuvent gagner près de 15% de plus dès la deuxième année.

Graphique des salaires des étudiantes

Le salaire moyen des étudiantes interrogées s’élèvent à $190/mois (excluant celles qui ne travaillent pas). On observe une corrélation positive entre les années d’expérience et l’évolution des salaires avec une augmentation de 40% en 5 ans. A la question : « Votre salaire vous permet-elle de vivre décemment, sans aide extérieure ? », 3% (2 étudiantes) affirment qu’elles vivent confortablement et 89% considèrent qu’elles ont juste de quoi survivre.


Subvenir à ses besoins et soutenir sa famille.

Les données ci-dessus nous renvoient à la situation très précaire des familles de nos étudiantes : beaucoup ont des dettes à rembourser et dès qu’un membre de la famille peut subvenir à ses besoins grâce à un salaire fixe, il va nécessairement aider sa famille. Sur les 65 étudiantes interrogées, 61 ont répondu qu’elles envoyaient chaque mois de l’argent à leurs proches. Les montants envoyés sont pour les 3/4 d’entre elles, compris entre $50 et $150 par mois soit parfois jusqu’à la moitié de leur salaire.

2 étudiantes cuisinent

KOLA – Ancienne étudiante, en train de former à son tour.


Le rôle de l’Ecole du Bayon.

Former des jeunes femmes à un métier pratique qui leur permet d’accéder rapidement au marché du travail et d’obtenir un salaire durable et décent. Pour la grande majorité, ce salaire est amputé d’une partie non négligeable qui revient à la famille ; ce qui fait que nos jeunes ont souvent encore le sentiment de subvenir tout juste à leurs besoins. Mais il faut rappeler la jeunesse de notre programme et la courbe d’évolution positive des salaires moyens : +40% en 5 ans. Et surtout, que derrière, c’est toute une famille qui va mieux, des frères et sœurs qui sont scolarisés, des grands parents soignés et des femmes qui sont fières d’être responsables de ce changement.

Ecole du Bayon – Faire face au Covid

Ecole du Bayon – Faire face au Covid

Cela fait presque quatre mois que le Covid-19 s’est répandu sur l’ensemble de la planète. Même si le Cambodge n’a répertorié officiellement que très peu de cas et aucun décès, le pays n’est pas épargné et les habitants souffrent de la perte de leur emploi et du manque d’activité touristique. L’Ecole du Bayon a essayé de réagir au mieux pour aider les familles dans cette crise inédite.

 

Soutenir les familles – La première urgence.

Depuis mi-mars, plus aucun touriste n’est entré dans le pays et une grande majorité d’hôtels, de restaurants et de spas ont fermé leurs portes, laissant des milliers de travailleurs sans emploi et sans aucune compensation de la part de l’état cambodgien. Beaucoup de nos familles sont victimes de cette crise et ont souvent perdu l’unique source de revenu qui permettait de subvenir aux besoins vitaux de 8 à 10 personnes. D’autre part, les enfants qui allaient à l’école étaient nourris matin et midi à la cantine, une charge en moins pour les parents ou les grands-parents. Ils sont dorénavant à la maison et doivent être nourris trois fois par jour.

Face à cette situation critique, l’Ecole a réagi vite. Dès la première semaine, tous les légumes produits par les farmers investis dans le projet des potagers, ont été rachetés par l’ONG pour ensuite être distribués gratuitement aux parents des élèves de l’école. Cela garantie un maintien de salaire pour ces femmes et l’assurance que les enfants continuent de manger des légumes sains. De plus, les équipes sociales ont effectué une étude précise des familles dont la situation était vraiment critique et des distributions de riz ont débuté dès la deuxième semaine de fermeture de l’école. Un soutien précieux de nos donateurs et de l’entreprise Cambodgienne AMRU RICE a permis d’aider au financement du riz et de légumes.

Fermeture de l’école de pâtisserie et du Coffee Shop – Et la suite ?

A l’Ecole de pâtisserie, nous avons dû renvoyer les 26 étudiantes dans leurs familles et par voie de conséquence et obligation, fermer le point de vente. Le Coffee Shop de la Bayon Pastry School, ouvert il y a maintenant plus de 4 ans, permet de financer 50% du budget lié à la formation en pâtisserie/boulangerie. Sa fermeture engendre une perte de revenus importante pour l’ONG que nous avons en partie compensée grâce à la générosité de nos donateurs. Après deux semaines d’ajustement et de vacances pour les équipes du service et de la cuisine, nous avons lancé plusieurs chantiers pour se préparer à la réouverture : inventaire, rangement, plantations dans le jardin, peinture des murs, grand nettoyage… Les membres de l’équipe ont en fin de compte été bien occupés et le Coffee Shop a finalement rouvert ses portes mi-juin. De plus, Sokhouern et Sokly ont élaboré une toute nouvelle gamme de pain avec une dizaine de références dans le but de les vendre dans notre future boulangerie. Elles ont eu le temps de tester de nouvelles recettes pour assurer une gamme variée que nous pourrons proposer aux hôtels et aux restaurants dès la réouverture de l’activité. Enfin, depuis fin avril, les professeurs de l’école ont lancé les cours en ligne pour nos étudiantes. Chaque jour, elles reçoivent des vidéos et des appels pour les maintenir au fait et leur faire réviser leurs leçons.

Suivi social, enquête et bilans.

Les équipes sociales sont très investies durant cette période. Elles ont tout d’abord travaillé dans l’urgence pour identifier les familles rencontrant des difficultés soudaines, pour pouvoir les aider au mieux. Mais ce temps de crise est aussi l’occasion de prendre du recul et d’analyser l’impact de nos actions sur les enfants et leur éducation. Une étude approfondie a été menée auprès des alumnis de l’école de pâtisserie. L’objectif : mettre à jour les données de nos anciennes étudiantes, analyser leur parcours et faire le point sur leur situation entre un à cinq ans après l’obtention de leur diplôme.

 

Et la communication ?

Nous avons lancé un grand chantier pour la refonte du site Internet de l’Ecole du Bayon. Vous le découvrirez bientôt ! Et nous essayons de rester en contact au mieux avec tous les amis de l’Ecole du Bayon, que nous savons à nos côtés. Un grand merci à vous tous pour l’aide que vous nous avez apportée pour faire face à cette crise et aider au mieux nos familles. Nous espérons très vite pouvoir rouvrir les écoles et retrouver les visages souriants des enfants qui jouent dehors.

 

Lancement d’une école en agroécologie

Lancement d’une école en agroécologie

Après le lancement de notre projet potager début 2018, nous souhaitons pérenniser notre mission en lien avec l’alimentation durable, et développer nos actions dans le champ de la formation professionnelle. C’est pour cette raison que nous avons décidé de lancer une nouvelle formation professionnelle en agroécologie qui démarrera en novembre 2020. Retour sur les enjeux, et les objectifs à court et moyen terme de ce projet novateur, un pari sur l’avenir.

Avec une population principalement rurale (76,6% en 2018) et un tiers de ces habitants vivant avec moins de 1$ par jour, le Cambodge d’aujourd’hui fait face aux problèmes auxquels l’agriculture européenne a déjà été confrontée depuis la fin du siècle dernier.
L’agriculture pratiquée actuellement au Cambodge, conventionnelle et intensive, utilise de nombreux intrants chimiques. Avec la pratique prédominante de monocultures rizicoles, le pays est contraint d’importer la majorité de ses produits maraichers (estimé à 80%).
L’usage massif de pesticides combiné à la monoculture, empêchent la régénération des sols et entraînent une baisse de rendement des productions agricoles.De nos jours, très peu d’acteurs au Cambodge apportent des solutions concrètes pour faire face à ces enjeux, par la sensibilisation et la formation des populations au principe du développement durable et d’une agriculture respectueuse de l’environnement. A l’Ecole du Bayon, la transmission des principes de l’agroécologie nous a donc paru comme une solution viable sur le long terme.

L’agroécologie vise à optimiser les interactions entre les végétaux, les animaux, les humains et l’environnement en liant principes écologiques et sociaux, indissociables pour qu’un système alimentaire soit durable et équitable (source : FAO). Cette pratique se définit principalement par la valorisation de la biodiversité, le recyclage des déchets organiques et le roulement des cultures, permettant de diversifier la production et de se passer d’intrants chimiques.
Depuis 2018, l’Ecole du Bayon a mis en place un projet d’agriculture durable visant à former les familles de nos élèves à l’agroécologie.
En implantant des potagers sur leur terrain, elles produisent des légumes et se dégagent un revenu supplémentaire grâce à l’approvisionnement de la cantine de l’école primaire en légumes locaux et sans pesticides.
A ce jour, ce projet permet d’améliorer les conditions de vies de 11 familles de l’école primaire, qui chaque jour produisent près de 30 kg de légumes.
Afin de poursuivre notre mission de sensibilisation et d’éducation, nous souhaitons créer une nouvelle formation professionnelle sur les métiers de l’agroécologie.

Pour la création de cette école, nous travaillons en collaboration avec l’association Vivre de sa Terre, qui a déjà expérimenté la formation professionnelle aux principes de l’agroécologie à Battambang. Vivre de sa Terre nous soutient actuellement dans la création de notre contenu pédagogique, ainsi que la formation de nos futures professeures, En et Sreyleak. Actuellement, elles sont en cours de formation afin de développer leurs compétences en pédagogie et techniques d’apprentissage, management et entrepreneuriat, ventes, marketing et comptabilité.

Grâce à l’expérience menée par Vivre de Sa Terre en matière de formation, nous avons donc privilégié la création d’une formation courte d’un an, intégrant plusieurs mois de stage pratique. L’objectif de cette formation étant de permettre une employabilité rapide de nos futurs élèves.
Nous souhaitons ouvrir cette nouvelle formation à 10 jeunes âgés de 17 à 20 ans vivant dans la province de Siem Reap.

Avec cette nouvelle formation professionnelle, nous souhaitons innover en formant des techniciens de l’agroécologie, également capables d’entreprendre et de porter les valeurs du développement durable dans leurs futurs métiers.
Le contenu pédagogique répond ainsi à ces deux critères essentiels à la réussite de ce projet. En un an, nos futurs étudiants auront acquis des compétences tant techniques (savoir restaurer la fertilité des sols, protéger les cultures, transformer et recycler la production etc) qu’entrepreneuriales (savoir communiquer, vendre et gérer des revenus, collaborer et innover, développement des soft skills etc).
Notre ambition, à moyen et long terme, est d’éveiller les consciences et valoriser une agriculture plus responsable au Cambodge. Et pour cela, il nous est donc primordial de faire de notre première promotion des ambassadeurs de l’agroécologie au Cambodge, où le marché de produits biologiques est une niche destinée à se développer, un pari sur l’avenir.


CLIQUER ICI POUR EN SAVOIR PLUS ET NOUS SOUTENIR

 

COLLABORATION INÉDITE AVEC PSE

COLLABORATION INÉDITE AVEC PSE

Comme présenté et voté lors de l’AG de juin à Paris, le projet de partenariat entre l’Ecole du Bayon et PSE est aujourd’hui effectif.
 
 
POURQUOI CE PARTENARIAT ?
 
L’École du Bayon , en plus de vingt ans d’existence, a progressé, s’est enrichie de talents, réalisations et initiatives, et reste une formidable aventure humaine qui participe activement au développement de nombreux enfants défavorisés de Siem Reap au travers de son école primaire, de son accompagnement des enfants dans le secondaire, de son école d’apprentissage en pâtisserie, de son Coffee Shop et aujourd’hui de son accompagnement des familles dans la création de cultures vivrières.
 
Mais dans le même temps nous avons fait quelques constats :
 
Nous n’avons plus la possibilité de nous agrandir (du fait de notre localisation au sein des temples), pour accueillir toutes les demandes, et elles restent nombreuses, ce qui conduit à des sélections difficiles. Mais aussi nos enfants de l’école primaire d’il y a vingt ans sont grands : nous les avons soutenus dans leurs études mais beaucoup d’entre eux attendent maintenant un métier. Enfin, notre fonctionnement sur le mode « small is beautiful » permet d’être créatif, flexible, réactif, et donc très « entrepreneurial » mais en revanche crée les fragilités inhérentes aux petites structures.
Nous nous sommes donc mis en quête d’un partenariat nous permettant de conserver nos valeurs, notre ADN, tout en ouvrant les portes de nouvelles initiatives, de débouchés professionnels pour les enfants et sécurisant l’Ecole du Bayon dans le long terme sur le plan organisationnel et sociétal.
 
 

 

Très vite nous avons compris que PSE, « Pour un Sourire d’Enfant », association créée en 1996 par Christian et Marie-France des Pallières était l’association idéale pour ce partenariat.
PSE est une organisation reconnue au Cambodge où elle a en charge plus de 6500 enfants et leurs familles, qu’elle soutient financièrement en école publique, mais dispose aussi de nombreuses écoles d’apprentissages permettant de former les élèves qui le souhaitent à des métiers très opérationnels.
PSE est principalement développée sur Phnom Penh avec quelques antennes en province, mais elle aussi, se trouve débordée par son succès et rencontre des difficultés d’accompagnement sur ses antennes de province.
Sur Siem Reap elle aide à ce jour 414 enfants en écoles publiques ainsi que 200 familles, au travers d’une dizaine de permanents (Assistance Sociale et Fonctions support) et possède aussi un centre d’accueil, à ce jour peu exploité, comprenant divers pavillons sur un grand terrain près du centre-ville.

Deux maisons et un jardin

Dans le cadre de notre accord les deux associations vont engager une coopération sur Siem Reap pour partager les savoirs faire et créer des synergies entre nos deux modèles et les équipes locales.

En parallèle les équipes des deux associations vont se regrouper dans le centre d’accueil de PSE Siem Reap. Ceci va permettre en particulier de libérer de la place dans l’école de pâtisserie pour l’agrandir, mais surtout ce centre va permettre de créer à l’avenir des structures d’accueil pour des étudiants en internat pour de futures formations, l’ambition étant surtout que les enfants des deux associations puissent bénéficier à terme de tous ces enseignements professionnels, qu’ils soient à Phnom Penh où à Siem Reap.
Et dans l’immédiat, le premier projet sur le site sera la création d’une ferme expérimentale de permaculture, qui sera la base d’une filière de formation professionnelle.
Nous sommes heureux de partager avec vous les premières images.

Des travaux pour aménager un jardin potager

Des gens travaillent dans un jardin